GNR article

 

Beaucoup de points communs entre les bandes dessinées Peau d'homme d'Hubert et Géante, histoire de celle qui parcourut le monde à la recherche de la liberté de Jean-Chistophe Deveney. Toutes deux écrites par des hommes bien que le personnage principal soit féminin, plus de 150 pages chacune, sorties en juin de cette année (2020) et traitant de problématiques proches : l'émancipation, l'éducation, la liberté, pour n'en citer que quelques-unes. Et bien, ce n’est déjà pas si mal comme points communs ! D'où l'envie irrésistible de les comparer. Mais ne nous y trompons pas, chacune d'elle est un vrai bijou à part entière et il serait dommageable de ne les voir qu'à travers le spectre de la comparaison pour en oublier les qualités de chacune. Cependant, je ne peux que vous encourager à lire ces DEUX bandes-dessinées car la lecture de chacune m'est allée droit au cœur. Mais si l'une vous fait de l’œil et pas l'autre, je ne vous en voudrais pas.

 

Peau d'homme d'Hubert et Zanzim

 Une jeune fille de bonne famille, Bianca doit épouser un riche marchand, Giovanni, mais ils ne se connaissent pas, ce qui la désole. Sa tante va alors lui faire don d'une « peau d'homme » lui permettant d'approcher son élu sans se faire connaître. Sous l'apparence de Lorenzo, elle va alors conquérir son fiancé. Pendant ce temps, Angelo le frère de Bianca, prédicateur de la ville, a décidé de mener une lutte contre les hérétiques, les danseurs, les artistes, les noceurs... pour faire de la ville un exemple de droiture. Naïvement, on peut se dire que c'est une bien jolie histoire mais qui n'a rien de révolutionnaire. Et c'est là que l'on se trompe, que l'on se fourvoie et que finalement c'est bien fait pour nous car on apprécie que plus la lecture de cette bande-dessinée succulente. La question de l'homosexualité est abordée sans pudeur et avec beaucoup de douceur dans ce récit qui prône l'égalité et l'acceptation. Pour n'en dire qu'un mot et vous en laisser la surprise, le dessin est doux avec des aplats de couleurs vives qui donnent de la force au récit et une envie de plonger à l'intérieur des pages.

 

peau homme

 

Géante, histoire de celle qui parcourut le monde à la recherche de la liberté de Jean-Christophe Deveney et Núria Tamarit

 Le dessin assez naïf de cette bande-dessinée peut questionner ou rebuter. Pourtant, ce dessin complète à merveille l'histoire de la jeune Céleste abandonnée bébé et recueillie par une famille modeste. Sa soif de découvrir le monde est aussi grande qu'elle (et ce n'est pas peu dire puisque Céleste est une géante) et elle ne va pas tarder à explorer ce monde qui la fait tant rêver. De déconvenues en mauvaises rencontres, Céleste ne tarde pas à découvrir le visage des hommes et la perfidie qui les anime. Cependant, cela ne l'empêchera jamais de croire à la bonté d'autrui et elle saura s'entourer de personnes lui permettant de grandir intellectuellement et de découvrir qui elle est en tant que femme. Invitation au voyage à travers les contrées traversées, Géante est aussi le voyage intérieur de Céleste qui se construit peu à peu au gré des épreuves et des rencontres.

 

géante

Contes féministes mais aussi philosophiques et poétiques, ces bandes-dessinées laissent une grande part à l'interprétation bien que de nombreuses références littéraires ou à des problèmes de société soient présentes tout au long de ces lectures. C'est ce qui fait aussi la richesse de ces histoires, guider le lecteur mais sans trop pointer du doigt, donner une impression pour ne marquer que plus profondément. À travers les personnages de Bianca et Céleste, chacun peut se reconnaître avec ses rêves, ses aspirations et son envie de découvrir le monde ou de le changer. Odes à l'amour et à la tolérance, Peau d'homme et Géante ont une véritable portée humaniste et sont ainsi une bouffée de bonheur et de fraîcheur à consommer sans aucune modération.

 

icone loupe Dans vos médiathèques :

OPAC Recherche Simple