itemprop='image'

Après Montaigne, Schopenhauer, Sénèque puis Socrate les années précédentes, c’est autour de la philosophie de Nietzsche que nous nous réunirons pour ce temps de rencontre et de débat proposé désormais à l’automne chaque année à la médiathèque.
L’œuvre, la vie, l’influence de Nietzsche formant un sujet de débat trop vaste et démesuré, nous prendrons plus précisément comme point de départ et fil conducteur un de ses livres, Aurore, et pour références et points d’appui les ouvrages récents de de Dorian Astor, auteur d’une biographie de Nietzsche mais aussi d’une étude sur Nietzsche : La détresse du présent ainsi que d’un Dictionnaire Nietzsche composé sous sa direction.

Au cours de la deuxième moitié du XXème siècle, le nom de Nietzsche a été associé de façon éminente à "la philo" à un point tel qu’après l’indifférence et la méconnaissance dont il fit l’objet de son vivant, puis sa récupération ensuite par l’Allemagne nazie, il semblait alors être voué à ne plus pouvoir sortir des universités. Or on a assisté depuis quelques décennies à une sorte de démocratisation de sa pensée, et, bien loin d’être resté confiné à l’univers professoral, il est devenu un des auteurs les plus souvent cités un peu partout, de façon plus ou moins hasardeuse parfois. Ainsi (pour ne prendre que cet exemple) de la formule emblématique "Deviens ce que tu es" souvent associée à son nom, et qui est un adage antique repris par lui (extrait des hymnes de Pindare), qui de plus n’est pas la phrase qui résumerait le mieux -si c’était possible- sa philosophie, et conviendrait bien plutôt à celle de Hegel.

Nietzsche est un auteur qui, de toutes façons, ne peut que susciter, outre des interprétations erronées ou biaisées, des interprétations contradictoires et diverses. A cela contribue le fait que ses écrits sont plus abordables que ceux d’autres philosophes comme Kant ou Husserl par exemple, - ou tout au moins paraissent d’accès plus facile, mais la pensée qui les traverse n’est pas moins difficile et exigeante envers le lecteur. L’impossibilité de fixer et définir définitivement sa pensée vient de ce qu’elle fut essentiellement un questionnement sans repos, alliant scepticisme et enthousiasme, poursuivi jusqu’à l’épuisement de ses forces.

Rencontre débat ouverte à tous, entrée libre.

nietzsche

 

acces articleDans vos médiathèques

Livres de Dorian Astor

Livres de Nietzsche, notamment Aurore

Livres sur Nietzsche

 

acces articleSur les ondes

Les chemins de la philosophie, France CULTURE en podcast, série de 4 émissions, février 2018 :

 

 

 

 
Emission de juillet 2018 :

 

Détails sur cet événement

Le à